Rencontres Imaginascience



L'usage de l'anglais pour désigner ce que l'on pourrait aussi bien appeler "des âneries" était superfétatoire, mais je remercie nonobstant les organisateurs d'Imaginascience de m'inviter à Annecy sur la thématique "fake news : le réveil de l'esprit critique".

A défaut d'esprit critique, j'espère au moins que vous serez bien réveillés jeudi 27 septembre pour ma conférence annécienne.



Le professeur van de Burne.

Fin du cycle de conférences 2017-2018


Le 23 mai dernier, j'achevais ma série de six conférences bordelaises, poussant le soupir de soulagement qu'un professeur pousse quand il termine une année scolaire avec une classe de cancres qu'il espère ne pas retrouver à la rentrée. Avec le recul, j'estime avoir fait oeuvre utile. Revenons ensemble (et en vidéo !) sur les grands moments écoulés.


Densité et volumétrie des échanges épistolaires, les signes d'un déclin ? Personnellement, j'écris toujours autant, mais de plus en plus de gens dédaignent la plume, souvent par pure paresse. A l'issue de la conférence, pris d'une frénésie littéraire, j'ai écrit 87 lettres. 79, soit 91%, sont restées sans réponse. Oui, c'est bien le signe d'un déclin.

Dans un train corail, sur la ligne Paris-Vierzon (extrait)



Il était une fois un dentiste muet : conférence didactique autour de la gencive.  J'ai perdu un temps considérable à faire comprendre à deux personnes du troisième rang, particulièrement sottes, des notions pourtant élémentaires, ne me permettant pas de terminer mon argumentaire dans un temps convenable. La faute est entièrement leur.

Les dents de sagesse (extrait)


Accidents de laboratoires : intelligence artificielle des électrons ? J'ai dû me séparer de mon oscilloscope analogique Schlumberger pour le céder à une spectactrice qui n'a eu pour seul mérite que d'avoir de la chance. On peut tomber bien bas pour que les jeunes s'intéressent aux sciences !

Nucléons et politique (extrait)


Il ne me reste plus qu'à prendre des vacances bien méritées, que je mettrai à profit pour préparer sereinement le 48ème symposium international sur l'autruche.


Le professeur van de Burne.

Bilan de mi-parcours du cycle de conférences 2017-2018

A l'issue de la troisième conférence de ce cycle de 6, il est grand temps de faire un bref retour sur les choses d'une importance capitale qui s'y sont déroulées.


De l'influence des proto-neutrons à roulettes sur l'abrogation du calibrage des légumes : 25 euros de taxi pour aller de la gare SNCF à l'Inox, mais de qui se moque-t-on ? Un sujet polémique d'une actualité cruciale qui a divisé le public. Une personne dormait au troisième rang.

La classification des légumes (extrait)



L'impact des biotechnologies dans le processus migratoire des otaries de Floride (otariade vulgaris) : la présence dans mon soulier droit d'un gravillon de petite taille a rendu le moment particulièrement désagréable. J'ai été brillant sur l'exposé des déterminants neurobiologiques du comportement migratoire d'otariade vulgaris. L'auditoire était d'une mollesse désespérante.

Le cerveau des otaries (extrait)



Enjeux et limites des sciences occultes dans le cadre de la conquête spatiale : j'aurais aimé insister davantage sur l'avant-gardisme de l'école occultiste slovaque dans la recherche d'alternatives à la loi de la conservation de l'énergie. Un emploi du temps serré et trois élèves insupportables au premier rang ne m'en ont pas laissé le loisir. Il n'y avait plus de chauffage dans les loges.

Une question sur Interstellar (extrait)



L'Histoire, avec un grand H, continuera de s'écrire sous les yeux des présents, les 28 mars, 25 avril et 23 mai prochains.


Le professeur van de Burne.

Nouvelle année, et nouvelle conférence

La fréquence est la grandeur physique qui caractérise la répétition d'un phénomène divisée par une unité de temps. Ainsi, un enfant en bas âge qui taperait une fois par seconde sur une casserole à l'aide d'une spatule métallique vous taperait sur les nerfs à une fréquence d'un hertz (du nom du physicien allemand Heinrich Hertz).
L'oreille humaine peut percevoir des sons aussi graves que 20 Hz, le courant alternatif en France a une fréquence de 50 Hz, le "la" du téléphone une fréquence (fondamentale) de 440 Hz, les micro-ordinateurs modernes une fréquence de plusieurs dizaines de mégahertz.

A l'inverse, si l'on considère désormais des fréquences très très basses, il est un événement très particulier qui a une fréquence de 3,170979198 × 10-8 Hz, soit approximativement 31.71 nanohertz, ou plus communément, qui se déroule une fois toutes les 31 536 000 secondes... Il s'agit en effet du Nouvel an : cela fait une bonne entrée en matière pour vous souhaiter une bonne année !

Le professeur van de Burne.



PS : 31.71 nHz, c'est également la fréquence de votre anniversaire, mais aussi du 4 janvier, du 13 novembre, de la fête de la morue de Bègles, de la journée internationale du chat, bref, vous l'aurez compris, de n'importe quel événement annuel.
PPS : Pour les années bissextiles, la valeur exacte est de 1/(24*3600*366) soit environ 31.62 nHz. Et si vous avez le malheur d'être né le 29 février, la fréquence de votre anniversaire est de 7.92 x10 -9 Hz ! Rassurez-vous en vous disant que c'est également celle des Jeux Olympiques.
PPPS : je serai en conférence à Bordeaux le mercredi 17 janvier, à 20h30, au théatre l'Inox, rue Fernand Philippart. Vous pouvez d'ores-et-déjà vous inscrire sur la page Facebook.

Nouveau cycle de conférences

L'année écoulée aura été riche en découvertes et obligations diverses : entre autres et sans vouloir prétendre à une numération exhaustive, un nouveau procédé d'estérification du 3-diméthyl-2-enolbenzène, une campagne de sonde de la calotte polaire en Ouganda, une douzaine de jurys de thèse, le 84ème symoposium international sur l'autruche, la réfection d'un corps de ferme du XVIème siècle dans le Gers, le discours de remise de la médaille Fields, un procès en diffamation contre le professeur Bousier, une formation à Genève sur l'accélérateur de particules du CERN, la sortie d'un ouvrage technique sur l'aérodynamique du cerf-volant, deux divorces et un ongle incarné.


Faisant mentir Barbara pour qui le temps perdu ne se rattrape guère, je reviendrai (mais, très chère Barbara, je ne vous ai pas permis de me tutoyer) pour un cycle de six conférences gracieusement accueillies par le théâtre municipal l'Inox (mais ce n'est pas du théâtre, mais de la science ! (rires))

Pour une modeste obole, vous pourrez bénéficier d'un cours magistral d'une durée d'une heure, sur un sujet aléatoire qui sera très intéressant (quel qu'il soit). De plus, un oscilloscope analogique est à gagner ! (il encombrait mon laboratoire)  

Je vous donne rendez-vous pour cette première conférence le 13 décembre à 20 h 30, au théâtre l'Inox, 11 rue Fernand Philippart (où vos jambes vous porteront en trois fugaces minutes depuis l'arrêt du tram C "place de la Bourse").


Soyez à l'heure.


Le professeur van de Burne.

Conférence à la Broc' Scientifique le 9 octobre

J'aime la science (à la folie), j'aime Bordeaux (un peu) et j'aime la jeunesse (pas du tout). Je ne pouvais donc me soustraire à l'invitation de Jeunes Sciences Bordeaux pour leur brocante scientifique (leur "broc", comme ils disent, avec cette manie des jeunes de tout abréger) qui aura lieu après le poulet-haricots verts dominical du 9 octobre.



Entre deux conférences sur l'informatique ou l'aviation, vous aurez le droit de vous asseoir, de vous taire et de m'écouter pérorer (à 16 heures exactement). Vous pouvez également troquer, acheter, vendre du matériel scientifique hors d'âge (interféromètre de Michelson, globe lunaire, gyroscope du Concorde, source de radium de l'ex-URSS, thèse de doctorat du professeur Bousier), assister à des ateliers ou, en désespoir de cause, échouer à la buvette.

Ce sera donc dimanche, toute la journée, au jardin Brascassat à Bordeaux. Entre ça ou pêcher à la ligne...


Le professeur van de Burne.

La rentrée du Professeur, c'est aujourd'hui !



L'université de Lille voulait le mettre à la retraite.
Ses proches lui avaient conseillé de se mettre au vert.
Lui-même commençait à douter de sa passion pour les coléoptères d'Amérique Centrale.

Et pourtant, dès ce soir, le Professeur Van de Burne sera de retour.

Désormais directeur du département Recherche&Développement de la NASA (Natural Artists-Scientists from Aurillac), divorcé et collectionneur de coléoptères d'Asie Mineure, le professeur Van de Burne fêtera la Nuit Européenne des Chercheurs avec une nouvelle conférence aléatoire dans la ville de Bordeaux.

Cette conférence aura lieu aux Lectures Aléatoires (19 rue des Augustins, à côté de la place de la Victoire), et commencera à 20h30 précises. Un billet de retard sera attendu des retardataires.
Pour plus d'informations, veuillez consulter la page de l'évènement.





L'assistant.